Marilyne Bertoncini

Marilyne BERTONCINI

Enseignante, poète, traductrice, codirectrice de la revue Recours au  Poème, à laquelle elle participe depuis 2012, membre du comité de rédaction de la revue Phoenix, anime des rencontres littéraires, Les Jeudis des mots.

Titulaire d’un doctorat,  a été membre du comité de rédaction de la  revue littéraire RSH “Revue des Sciences Humaines” (Lille III),  vice-présidente de l’association I Fioretti, chargée des manifestations culturelles de la Résidence d’écrivains du  Monastère de Saorge, (06), et publié de nombreux essais et articles dans des revues françaises et internationales.
Ses poèmes sont traduits dans une dizaine de langues et elle a elle-même présenté des auteurs du monde entier.
Parallèlement à l’écriture, elle s’intéresse à la photographie, et collabore avec des artistes, plasticiens et musiciens.

Site : Minotaur/A,  http://minotaura.unblog.frsur le site de la MEL http://www.m-e-l.fr/marilyne-bertoncini,ec,1301

*

Recueils récents : 

– Son Corps d’ombre, avec des collages de Ghislaine Lejard, éd. Zinzoline, à paraître 2021
– La Plume d’ange, avec des illustrations d’Isabelle Milan, éd. Plume d’encre, à paraître 2021
– La Noyée d’Onagawa, éd. Jacques André, février 2020
– Sable, photos et gravures de Wanda Mihuleac, éd. bilingue français-allemand par Eva-Maria Berg, éd. Transignum, mars 2019 (NISIP, édition bilingue français-roumain, traduction de Sonia Elvireanu, éd. Ars Longa, 2019)

et dernières traductions :

Soleil hésitant, de Gili Haimovich, éd. Jacques André , avril 2021
Un Instant d’éternité, Nello Spazio d’un istante, Anne-Marie Zucchelli (traduction en italien) éd . PVST, octobre 2020
Labirinto delle Notti (inedito) nominé au Concorso Nazionale Luciano Serra, Italie, septembre 2019
– Tony’s blues, de Barry Wallenstein, avec des gravures d’Hélène Bauttista, éd. PVST, 2018
Instantanés, d‘Eva-Maria Berg, traduit avec l’auteure,  éd. Imprévues, 2018
Ennuage-moi, a bilingual collection , de Carol Jenkins, River road Poetry Series, 2016

Retour en haut